Association DALO

Origine et actions

L’origine : le constat des obstacles rencontrés dans l’application du DALO   en ile de France

Dès 2008, alors qu’ils observaient que la loi tout juste entrée en vigueur peinait à être respectée, les acteurs associatifs ont souhaité s’organiser et se coordonner pour agir.

Les associations ont constaté que divers obstacles freinaient l’application du droit au logement opposable :
• les pratiques des services sociaux publics en matière d’accueil, d’orientation et d’aide à l’accès aux droits,
• l’interprétation tendancieuse et/ou restrictive par les COMED   de certains critères d’éligibilité voire l’ajout de critères non prévus par la loi,
• l’exclusion de certains ménages du DALO   pour des motifs contraires à la loi,
• la faible mobilisation des contingents pour les relogements, etc.

De plus, des écarts dans la mise en œuvre du droit au logement et du droit à l’hébergement sont apparus très rapidement entre les différents départements, aussi bien en matière de reconnaissance du droit que de politique de relogement. Ces pratiques divergentes restreignent l’esprit de la loi.

Cette situation est d’autant plus préoccupante en Île-de-France que l’accès au logement est de plus en plus compliqué pour un nombre croissant de ménages. 60% des ménages reconnus prioritaires et urgents au titre du DALO   vivent ainsi en Île-de-France.

Face à ces constats, les associations ont souhaité se réunir pour échanger sur leurs difficultés, y apporter des solutions et tenir une position commune face à l’ensemble de leurs interlocuteurs. Elles ont alors formé des Comités de veille associatifs à l’échelle départementale, instances sans existence officielle auprès des pouvoirs publics, mais qui assurent le suivi de l’application de la loi sur le terrain.

Une grande diversité d’associations y est représentée : permanences d’accueil, centres d’hébergement, organismes de logement d’insertion, opérateurs ASLL ou AVDL, etc.

Des actions concrètes

Organisés tous les trois mois, ces comités de veille sont des temps de rencontres et d’échanges entre associations. Ils permettent de faire remonter les pratiques du terrain, d’évoquer des situations problématiques, d’informer les associations des actualités sur le sujet, de rencontrer l’ensemble des acteurs impliqués dans la mise en œuvre du DALO  , d’interpeller les Préfets, Présidents de COMED  , Conseils généraux, etc. Et en fonction des difficultés observées, d’adopter des postures associatives communes.

De façon générale, ils permettent un suivi de l’application de la loi sur leur territoire, aussi bien en matière de dysfonctionnements que d’avancées positives. En créant du lien entre les acteurs associatifs, les Comités de veille offrent aussi la possibilité d’aborder des sujets plus larges que le DALO  /DAHO, autour du mal-logement.

Ensemble, les associations tendent à faire progresser l’effectivité du DALO   et du DAHO :
• en sensibilisant au problème du mal logement,
• en améliorant l’accès au droit,
• en poussant à une harmonisation des pratiques des COMED   en matière de reconnaissance du droit ; des préfectures, communes, bailleurs et collecteurs en matière de relogement,
• en se mobilisant pour obtenir des relogements,
• en facilitant les échanges, en fonctionnant en réseau, etc.


Les Actualités de l'association

image par defaut
Le droit au logement face au virus de l’indifférence
Publié le 29 juin 2020
La France peut s’honorer d’avoir une des législations les plus avancées en matière de droit au logement. La loi DALO a désigné l’État comme garant de sa mise en œuvre. Elle a ouvert aux citoyens mal logés des voies de recours, y compris devant les tribunaux. Et pourtant, quatre millions de personnes (...)

Lire la suite

Accès au logement social : des propositions associatives
Publié le 11 juin 2020
Engagé à l’initiative de six associations (ATD Quart monde, Fondation Abbé Pierre, Secours Catholique, Habitat et humanisme, Solidarités nouvelles pour le logement et Association DALO), un travail de recherche met en évidence les difficultés particulières rencontrées par les personnes les plus pauvres (...)

Lire la suite

Déconfinement : Un plan d’urgence pour en finir avec le sans-abrisme
Publié le 21 mai 2020
Le Collectif des Associations Unies demande au Gouvernement de prendre 15 mesures d’urgence pour mettre fin au sans-abrisme et réduire rapidement le nombre de ménages mal logés. 1. S’engager à ce qu’il n’y ait aucune remise à la rue sans solution et au respect de l’inconditionnalité de l’accueil (...)

Lire la suite